TRANSAGRINA

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
TRansitions Energétiques et Environnementales (TREE)

Contacts

Ingénieures contrats

Aurélie Launay (aurelie.launay @ univ-pau.fr)

Alice Moulène (alice.moulene @ univ-pau.fr)

PDF

TRANSAGRINATrajectoires de Transition en Agriculture en Nouvelle-Aquitaine

Equipe :

  • Responsable du projet  : Delphine THIVET (Centre Émile Durkheim, Bordeaux)

  • Chercheurs : Raphaèle-Jeanne AUBIN-BROUTE (Université de Poitiers – CECOJI,  Institut de droit rural), Florence Aubry-CAILLAUD, (Université de Bordeaux – CRDEI), Antoine BERNARD de RAYMOND (INRAE – GRETHA), Luc BODIQUEL (CNRS – Droit et Changement Social), Marion CHARBONNEAU, Marie CHARRU (Bordeaux Sciences Agro – ISPA), Guillaume DUFIL (ADEME – Direction Régionale Nouvelle-Aquitaine), Daniele INDA (Université de Bordeaux – Centre Émile Durkheim), Xabier ITCAINA (CNRS – Centre Émile Durkheim), Benoît LEROUX (Université de Poitiers – GRESCO), Juliette PORTE (Université de Bordeaux – Centre Émile Durkheim), Antoine ROGER (Sciences Po Bordeaux – Centre Émile Durkheim), Damien TOUBLANT (Université de Bordeaux Montaigne – Passages), Audrey TREVISIOL (ADEME – Direction Bioéconomie et Energies Renouvelables), Cyrielle VAILLANT (Université de Bordeaux – Centre Émile Durkheim)

Projet :

Le programme « Trajectoires de Transition en Agriculture en Nouvelle-Aquitaine » (), vise à étudier les conditions de possibilité (sociales, économiques, politiques, juridiques et institutionnelles) de l’adoption de mesures agroécologiques répondant aux enjeux de durabilité des filières agricoles, de préservation de l’environnement, ainsi que de lutte contre le changement climatique.

Depuis le milieu des années 1990, le modèle agricole productiviste issu de la « révolution verte » a fait l’objet d’une remise en question croissante de la part des pouvoirs publics. Cette tendance s’est accentuée au cours des années 2010, avec l’émergence d’un projet de « transition agroécologique » qui vise à promouvoir l’adoption de systèmes de production recherchant une double performance, à la fois économique et environnementale. Au cours des dernières années, l’impulsion de cette transition a été affichée comme une priorité de l’action publique à tous les niveaux (Union Européenne, France, régions, départements) et a donné lieu à la mise en place de plusieurs mesures incitatives. Cette question a été également investie par les Chambres d’agriculture, les organismes de recherche (INRAE, CIRAD, etc.), l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), ainsi que par d’autres acteurs du monde agricole (entreprises de conseil technique, coopératives agricoles, organisations interprofessionnelles, fédérations des CUMA, etc.). Ainsi, depuis quelques années, les agriculteurs et agricultrices font l’objet d’injonctions croissantes à l’écologisation de leurs pratiques.

Le programme TRANSAGRINA étudie le déploiement des initiatives vouées à impulser cette transition au sein des filières agricoles de la région Nouvelle-Aquitaine (notamment les filières bovin-lait, bovin-viande, vitiviniculture, grandes cultures), ainsi que leur réception de la part des agriculteurs et agricultrices. Il s’intéresse également aux conséquences de la mise en place de mesures agroécologiques sur les conditions de vie et de travail des professionnel.le.s de l’agriculture (santé, organisation et charge de travail, etc.).

Inscrit dans une démarche résolument interdisciplinaire, le programme TRANSAGRINA réunit une équipe de sociologues, politistes, géographes, juristes et agronomes rattaché.e.s aux universités de Bordeaux, Poitiers et Pau, au CNRS, à Sciences Po Bordeaux, à l’INRAE et à Bordeaux Sciences Agro.

Commanditaires :

 Le programme est financé par l’Agence de la transition écologique (ADEME) et la Région Nouvelle-Aquitaine.

Partenaires :

     

 

Durée :

37 mois