PASciFic

  • Aide
  • Recherche
  • Facebook
  • Twitter
TRansitions Energétiques et Environnementales (TREE)

Contact

Gaëlle Deletraz (gaelle.deletraz @ univ-pau.fr)

PDF

PASciFicProjections d'Adaptations à travers la Science-Fiction

Equipe :

  • Responsables du projet  : Gaëlle DELETRAZ (coordination), Mathilde JONCHERAY (LISST, Univ. Toulouse), Eden MARTIN (ALTER), Jean-Baptiste MAUDET

  • Chercheurs : Lise DESVALLEES, Julie GALLEGO (ALTER), Véronique LAMAT (Passages, Univ. Bordeaux), Vanessa LOUBET-POETTE (associée ALTER), Delphine MONTAGNE, Jean-Yves PUYO, Guillaume SIMONET (associé au LISST, Univ. Toulouse, consultant sur l’adaptation aux changements climatique et coordonnateur du RECO - Réseau d’expertise sur les changements climatiques en Occitanie)

Projet :

Face aux changements globaux, comment imaginer des futurs dans toute leur complexité ? Livres, BD, web-séries, séries télévisées… Les œuvres de science-fiction et particulièrement le sous-genre « Climate Fiction » (Cli-Fi) explorent des scénarios singuliers, plus lointains, moins probables que ceux sur lesquels se base le travail de la prospective traditionnelle. Leurs visions de notre avenir climatique permettent ainsi de réaliser des « expériences de pensées ».

Nous utilisons la vaste matière première contenue dans ces œuvres pour alimenter divers dispositifs visant à interroger un large panel d’individus, aux profils variés. La méthodologie envisagée panache des méthodes novatrices (plateforme de recueil qualitatif à distance) à des méthodes largement éprouvées en SHS (entretiens semi-directifs).

En confrontant des individus à de multiples futurs, plus ou moins lointains, mais clairement fictionnels, nous les plaçons d’emblée hors du registre de la rationalité du présent ou d’une quelconque « mise en œuvre ». Nous nous affranchissons des contingences réglementaires, financières, culturelles ou éthiques ayant cours dans notre société.

On peut alors questionner sans tabou ni autocensure des idées, relativement communes ou plus dérangeantes, telles que la mise sous cloche d’îlots de « nature », sa disparition ou le développement d’une « nature » totalement jardinée, contrôlée, voire virtuelle mais aussi la question de la gestion automatisée des écosystèmes, des sous-sols et de leurs processus bio-géo-physico-chimiques. Nous pouvons également nous pencher sur les apocalypses en tous genres (tempête, sècheresse, glaciation, etc.) largement mises en scène dans des films à grand spectacle ainsi que les systèmes de survie post-apocalypse. Toutefois, avant d’en arriver aux extrêmes, nous pouvons réfléchir à notre rapport à la frugalité des modes vies (jusqu’où ?), aux restrictions, au partage des ressources qui s’amenuisent drastiquement. Ces derniers points ouvrent sur des questionnements très lourds quant aux règles de ce partage (gouvernance, dictature verte). On peut les retrouver également dans le thème du devenir des énergies, de la gestion de leur pénurie à la découverte de sources d’énergie illimitées et leurs conséquences. Enfin, nous abordons également la problématique de l’adaptation par manipulation du génome humain (réduction de la taille des individus, augmentation de la résistance à la chaleur, à la sécheresse ou à certains gaz), le transhumanisme et plus largement la biotechnologie. La réduction de la pression humaine peut également être visée par le contrôle des naissances ou la programmation de la mort.

 

Ces thèmes sont rarement évoqués, de façon aussi claire et brutale, dans les débats autour des changements environnementaux et climatiques en particulier. Ils constituent pourtant des projections contenant toutes une part de crédibilité et constituent une toile de fond de ce que chacun de nous peut imaginer. Notre objectif est de préciser où se situent les limites de l’(in)acceptable, de l’(im)probable, du (non) souhaitable.

Questionner les limites de notre imaginaire dans nos visions du futur, avoir une meilleure connaissance des croyances, des freins psychologiques, sociétaux ou individuels, mais également des domaines ou perspectives suscitant la curiosité, la perplexité ou l’enthousiasme est nécessaire pour accompagner les transitions, mais aussi leur mise en récit, élément indispensable à leur appropriation par le plus grand nombre et donc in fine, à leur efficacité et leur mise en œuvre.

 

Mots-clés : Transitions ; Adaptation ; Changements environnementaux ; Changement climatique ; Freins et potentialités ; Croyances ; Représentation du futur ; Climate Fiction (Cli-Fi) ; Effondrement ; Collapsologie ; Utopie. 

Commanditaire :

Partenaires :

 

Durée :

12 mois (reconduits)